Friday, May 20, 2016

Cité Mémoire, un parcours innovateur

http://www.montrealenhistoires.com/cite_mémoire




Une histoire contemporaine de Montréal
Par Violaine Morinville




La nouvelle création de Michel Lemieux et Victor Pilon, en collaboration avec Michel Marc Bouchard est un événement interactif dans divers lieux de la ville afin de célébrer son histoire. Plusieurs projections crées en capsules sont projetées sur les édifices de Montréal en rapport avec des moments clés de son histoire. Présenté à partir du 18 mai 2016 à tous les soirs dans un parcours multimédias qui innove des sentiers battus, cette nouvelle méthode de diffusion de l’art ouvre une autre perspective du multimédias. Accessible et gratuit, les passants peuvent s’instruire et apprécier le moment poétique sur plusieurs édifices du Vieux-Montréal.


Plusieurs collaborateurs participent à cet événement! Le tout débute sur le trottoir de la ruelle Saint Dizier près du 24 ouest de la rue St-Paul, où l’on voit des impressions lumineuses des origines de la création du territoire du pays passant par l’eau, le fleuve, la verdure, et puis la terre…pour évoluer jusqu’à nos jours. Au travers des films créés pour les projections du parcours interactif sur les édifices de Montréal, 19 tableaux sont effectifs en 2016 et 4 autres tableaux sortiront en 2017 pour célébrer le 375è anniversaire de la ville, coïncidant avec le 200è anniversaire de BMO, première banque du Canada!








Un parcours à voir et à revoir au passage dans un format géant sur les murs attirera l’attention avec ses formes et ses hauteurs lumineuses. La nouvelle création inédite laisse une trace kinesthésique et offre un moment contemplatif lumineux où les habitants autant que les voyageurs seront certainement émerveillés! Un hommage à la ville qui saura attirer l’attention dans les temps à venir jusqu’en 2019!











Monday, November 23, 2015

Aurorae – la danse céleste des couleurs



Le nouveau spectacle Aurorae présenté au Planétarium de Montréal – Espace pour la vie, nous dévoile un aspect inédit sur les aurores boréales. Du 10 novembre 2015 au 5 septembre 2016, le film à la projection 360 degré nous plonge dans le monde des couleurs célestes au rythme de la musique de DJ Champion. Aurorae est une projection immersive où les notions scientifiques et artistiques sont fusionnées pour faire un cinéma moderne en incluant les nouvelles technologies.  

La première partie Dark Universe est développé par l’American Museum of Natural History (New York, www.amnh.org) en collaboration avec la California Academy of Sciences (San Francisco) et GOTO INC. (Tokyo). Dark Universe amorce bien le sujet avec des images de la terre et de l’espace sous le dôme 3d. Les images et les informations nous instruisent et nous énergisent artistiquement tout à la fois.

Par la suite, Aurorae innove dans sa forme de présentation cinématographique en traitant sur le sujet des aurores boréales et de la création de celles-ci. Le sujet est bien amené, une étape à la fois, autant pour les enfants que pour les adultes. Le film innove dans sa forme de présentation immersive et nous transporte dans un monde imaginaire en comprenant le monde scientifique.

Le fait de vivre ce spectacle de la nature à partir de notre lieu de théâtre à Montréal près du stade olympique, vers un voyage céleste dans le ciel, jusqu’au soleil puis dans l’univers nous apporte une expérience presque réelle en nature. Ensuite la présentation du sujet sur la formation des aurores est comme un voyage féérique. On découvre que la rencontre des gaz entre les rayons du soleil qui pénètrent l’atmosphère terrestre créé les couleurs des aurores boréales et sont visibles surtout au nord ou au sud de la terre. L’équipe cinéma est allée tourner des scènes d’aurores boréales à Yellowknife et nous ont permis d’apprécier les images du film comme une danse céleste de couleurs. Le spectacle naturel des jeux de couleurs du ciel et de ses mouvements émerveillent nos pupilles.

Aurorae et les autres créations cinématographiques immersives  du Planétarium de Montréal démontrent bien des aspects du cinéma du futur unifiant le scientifique à l’artistique. Le voyage créé grâce à ces deux films nous fait du bien et éclaircit nos idées sur les phénomènes de l’espace en lien avec la vie sur terre!

Violaine Morinville

 

Wednesday, May 27, 2015

Textes événementiels 2012-2015




Chroniques et textes d'événements Montréal, Qc
----------------------------------------


-Impro Coup de cœur : Chante et compte
              
La soirée d’improvisation de la LIM (ligue d’improvisation montréalaise) au Coup de cœur francophone a eu lieu dimanche dernier au Lion d’Or. La LIM Chante et compte fait allusion à la télésérie Lance et compte en utilisant la chanson pour réaliser un album hommage à un artiste fictif.
Le groupe de musique instantanée, dirigé par Éric Desranleau, et les comédiens de la LIM ont le don de nous transporter dans un imaginaire drôle et captivant lors de chaque scène. Original dans sa démarche, le spectacle vient chercher une inspiration théâtrale dans des personnages fictifs tout en mettant en vedette la chanson francophone sous forme d’improvisation. Le spectacle est entrecoupé de séquences  musicales et théâtrales, en alternant d’une fois à l’autre par des moments forts en émotions. Le groupe d’interprètes puise au cœur du sujet hommage en chantant des styles variés comme le hip hop, le blues, le rock, etc. pour faire un relais au thème conducteur.


Un groupe de musiciens est installé en avant-scène avec un piano, une batterie, une guitare…pour supporter chaque  improvisation soit en sonorité occasionnelle ou en tant que groupe d’artistes qui chante. Une belle atmosphère se dégage dans cette coordination improvisée. La mise en scène alterne entre le devant et le côté de la salle pour donner une nouvelle perspective entre les moments d’improvisations théâtrales ou les moments chantés. Une initiative qui amène l’art du théâtre et de la chanson vers une nouvelle avenue!


La magie de l’improvisation nous transporte souvent dans des lieux imaginaires presque vrais et nous inspire de nouvelles idées.  Il a semblé difficile de garder un niveau de langue française élevé dans plusieurs improvisations consécutives, mais le défi est relevé par la synchronisation de tous les éléments artistiques réunis dans une même scène.


Souhaitons que d’autres spectacles thématiques soient créés dans ce sens et que nous ayons la chance d’approfondir notre culture via l’improvisation. Venez voir et découvrir d’autres spectacles au Coup de cœur francophone jusqu’au dimanche 17 novembre 2013!


-Violaine Morinville


----------------------------------------
Quel sera votre Coup de cœur francophone?
La 27ème édition du Coup de cœur francophone est à nos portes! Le festival, qui aura lieu du 7 au 17 novembre 2013, présentera plus d’une centaine de spectacles en 11 jours et ce, dans 15 lieux de la ville. La création musicale francophone sera célébrée sous diverses formes en novembre!


Plusieurs volets originaux rassembleront des artistes francophones tels : les coups de tête, Sur les ondes (émissions radio) ainsi que les passeports téméraires, éclectiques ou culottés. D’autres pays francophones comme La France au coup de cœur seront aussi célébrés dans la programmation ainsi que la Suisse, la Belgique, la Roumanie… Peut-être qu’il y aura d’autres pays au fil des ans?
À ne pas manquer : le spectacle d’ouverture au Club Soda, qui mettra en vedette Catherine Leduc et Les Sœurs Boulay, en collaboration avec l’Espace Mu. La relève sera au rendez-vous et les événements spéciaux permettront de découvrir les créateurs francophones canadiens. Les soirées SiriusXM, TV5 et Boréale regrouperont des artistes qui se démarquent par rapport à leur style musical. Les émissions radio Sur les ondes à CIBL et En direct de la Quincaillerie de la Francophonie Express offriront des entrevues exclusives avec les artistes participant au festival. À suivre…pour les amateurs de radio. Et le spectacle de clôture? C’est à l’Église Saint-Pierre-Apôtre que se terminera ce beau festival avec nul autre que  Louis-Jean Cormier en collaboration avec SiriusXM.


Les rencontres professionnelles, ouvertes au public le 13 novembre de 15h à 17h, se tiendront au Divan Orange, ainsi que Le Midi spectacles offert pour faire jouer quelques extraits d’artistes francophones canadiens, le 12 novembre à 12h. De plus, la Ligue d’improvisation de Montréal fera un spécial LA LIM chante et compte au Lion d’Or le dimanche 10 novembre à 20h!
Dans l’extension du festival, 170 spectacles voyageront dans 45 villes et les artistes auront la chance de performer d’un océan à l’autre. Un beau réseau qui se développe au cœur de la francophonie! Venez découvrir de nouveaux visages et de nouvelles voix en novembre 2013! Quel sera votre coup de tête ou votre coup de tête?


– Violaine Morinville


-------------------------------------------

Journées de la Culture : un éventail culturel!
              
Les Journées de la Culture auront lieu du 27 au 29 septembre 2013! Le coup d’envoi aura lieu au Métro Arts de Berri-UQAM, vendredi à 11h! Plusieurs régions du Québec participent à la programmation et sont soulignées dans un cahier spécial. Toutes les activités culturelles sont offertes  gratuitement dans un éventail de rencontres, d’ateliers, de portes ouvertes, de spectacles et d’animations dans toutes les disciplines artistiques. Dix ambassadeurs portent le flambeau culturel et s’expriment sur le sujet.


Autant d’artistes que de diffuseurs célèbrent cette fin de semaine en ouvrant les portes soit des bibliothèques de la ville, les salles de spectacles, les écoles nationales, les centres et les lieux culturels. C’est le moment idéal pour visiter les lieux moins connus et fréquentés qui sont moins accessibles durant l’année!


Quelques activités à suggérer : les ateliers de jazz vocal de Montréal au chalet du Mont-Royal, de reliure, de sculpture ou de danse dans les centres… L’association des cinémas parallèles du Québec offre un atelier du film et les écoles nationales offrent des ateliers exploratoires selon chaque discipline (humour, théâtre, danse, etc). D’autres ateliers surprises auront lieu grâce à la collaboration du Mois de la photo, le Musée de Beaux-Arts de Montréal avec la découverte de la calligraphie ou bien en performances in situ avec le projet arts de la Ligne Bleue, l’Esplanade Financière Sun Life, la Place des Arts…


De mon côté, j’offre une porte ouverte avec Danse Couleur au Studio Bizz Iberville, samedi le 28 septembre de 12h à 17h, en cohabitation des studios avec Foutoukours.
Regardez la programmation sur le site web  et créez votre propre parcours pendant toute la fin de semaine prochaine. Explorez de nouveaux horizons peu importe votre région du Québec, car c’est le moment idéal de voyager dans notre culture!


– Violaine Morinville

------------------------------------------
Retour sur le FFM : Le tour du monde en cinéma
Le Festival des Films du Monde de Montréal a célébré sa 37ème  édition du 22 août au 2 septembre 2013. Et comment ça s’est passé cette année? Julie Lampron vous en a parlé dans quelques articles, mais voici un retour plus global sur le festival. Plusieurs catégories étaient au rendez-vous, dont les compétitions mondiales, les regards sur les cinémas du monde, les documentaires, les meilleurs films étudiants, les courts métrages regroupés selon des thématiques famille, amour… et les films hors concours. Il est clair que le regard porte à découvrir les créations cinématographiques internationales. Une variété de films nous ont fait voir ce que les cinéastes du monde créent, pensent et développent actuellement au niveau du septième art.

Le monde invisible
Le FFM a présenté une panoplie de propositions, dont un film qui a attiré mon attention: Invisible world ou Le Monde Invisible provenant du Brésil. L’idée? Douze réalisateurs d’origines diverses parlent de leur point de vue sur la notion de l’invisible selon leurs cultures respectives. Il est intéressant de regrouper plusieurs artistes internationaux vivant dans diverses cultures, le tout dans un même film autour du même thème!
Nous voyons le côté artistique du théâtre et de la danse, la spiritualité Zen, l’expérience d’une grande ville, l’effet de la technologie, les défis de l’image au quotidien, la vie et la mort, etc. Toute une palette de points de vue sur le lien entre le monde visible et invisible qui porte vers une réflexion envers la vie. Le film Le Monde Invisible présente quelques longueurs dans les changements de séquences, mais somme toute, c’est vraiment un concept à prendre en exemple selon moi.

Et d’autres trouvailles…
D’autres courts métrages ont attiré mon attention lors du FFM, mais je ne pourrais trop vous conseiller de faire vous-même le tour de la programmation. Il y a de petits trésors à découvrir même si le festival est terminé!
Autant de réalisateurs, de producteurs, d’artistes internationaux très talentueux ont présenté leur travail à Montréal, mais je crois qu’il serait intéressant de voir de nouvelles catégories artistiques explorant de nouveaux horizons technologiques naître…
À l’année prochaine!


– Violaine Morinville

-----------------------------------------

Retour sur le Festiblues – Au rythme de l’été
              
Dimanche le 11 août dernier, j’ai eu la chance d’assister au spectacle de clôture de la 16ème édition du Festiblues avec Bob Walsh, Nanette Workman et quelques autres artistes qui nous ont transporté vers la culmination musicale du festival blues et rock au Parc Ahuntsic. L’énergie était au rendez-vous!  Il est certain que nos artistes de renom attirent les foules et j’ai trouvé vivifiant d’entendre des chansons connues entremêlées de chansons plus récentes.


D’autres genres musicaux ont été présentés durant le Festiblues, tel un son plus western avec Beauty and the Beast et un ton plus anglophone avec Melissa Bel sur la scène de la relève musicale.Les artistes québécois et français ont été à l’honneur cette année! Garou, Loco Locas et d’autres artistes populaires ont terminé les soirées à la belle étoile sur la grande scène Loto-Québec. Le Festiblues est resté fidèle à son mandat : présenter une programmation qui rejoint plusieurs générations et goûts musicaux.
Un festival à surveiller avec attention l’année prochaine!


– Violaine Morinville

-------------------------------------
Zoofest : de belles découvertes humoristiques
Le Zoofest a offert sa 5ème édition du 4 au 28 juillet 2013 à Montréal, en proposant des spectacles d’humour inusités. Nommé festival de découvertes, il a présenté des événements principalement dans le Quartier des Spectacles en mettant de l’avant des humoristes de la relève.
À mon humble avis, quelques spectacles se sont démarqués cette année, dont Phil et Mehdi 3D, Plan de relance à l’Espace des Arts, Le Show de Bébelles et Qw4rtz au Monument National.

Phil et Mehdi 3D
PhiletMehdi-fullPhil et Mehdi 3D est un spectacle au rythme dynamique présenté par un duo qui sort des sentiers battus. L’utilisation des objets dans la progression du spectacle est l’aspect qui fait le plus réagir le public, comme par exemple : lancer des cordes lors d’un numéro, vaporiser de l’eau pour éveiller les sens, utiliser un écran pour faire des jeux d’ombre lors d’un sketch… Bref, le visuel vient supporter l’histoire humoristique, ce qui nous permet de vivre la 3D d’une nouvelle manière. L’intégration d’autres aspects scéniques dans le spectacle a permis de souligner certaines jokes en ajoutant un élément plus visuel. Le contenu est fort intéressant, surtout lorsque les humoristes reprennent des « déjà vus » sociaux comme le style de caractère des gens de chaque pays, des reprise des chansonniers d’ici ou le thème des rencontres amoureuses en effet performatif avec une certaine gestuelle. Un duo à suivre…

Qw4rtz
Qwartz-fullPour sa part, Qw4rtz est un quatuor de chanteurs humoristes qui associent bien la chanson avec l’humour. Une idée innovatrice, où la mise en scène de Serge Postigo fait rigoler. Le style fait un peu penser au karaoké par la reprise de chansons connues qui sont développées selon les histoires des personnages dans des mises en scènes cocasses.

Plan de relance
Planderelance-fullLe spectacle le Plan de relance avec Bruno Ly et Dominique Bottex a pour sa part utilisé le contenu social de la vie quotidienne pour pousser les numéros vers une certaine réflexion sous-jacente. On aborde le confort de la vie, le salaire annuel, les étapes d’embauche pour un emploi, le vedettariat international ou les origines des cultures selon certains préjugés, etc. Tous les thèmes élaborés mettent un sujet social en perspective. Une belle élaboration de contenu dans une mise en scène sobre, où l’histoire nous emporte dans l’imaginaire.

Le Show de Bébelles
LeshowDesBebelles-fullLe Show de Bébelles avec Jérémie Larouche et Charles Beauchesne utilise des objets d’enfants pour la mise en scène. L’idée des marionnettistes d’utiliser des jouets d’enfants donne une nouvelle image originale à la performance scénique, mais le contenu pourrait être plus chic et élaboré de manière plus approfondie. Une belle piste à élaborer davantage pour aller chercher un public plus large.
En tout et pour tout, le Zoofest a permis de découvrir de nouveaux talents qui sortent des sentiers battus!


– Violaine Morinville


----------------------------------------

Retour sur le Mondial des Cultures de Drummondville – Un défilé nocturne pour apprécier les cultures du monde
              
La 32ème édition du Mondial des Cultures de Drummondville a eu lieu du 4 au 14 juillet 2013. Ce festival en expansion célèbre les cultures d’ici et d’ailleurs avec diverses propositions artistiques ou sociales. Le public a été invité à découvrir les richesses du monde avec quelques spectacles sur la grande scène principale, un sentier des artisans locaux/internationaux, un carrefour culinaire international, une zone Amérindienne, un espace jeunesse et un défilé nocturne unique en son genre!


Le défilé nocturne a innové par son ampleur au cœur du centre-ville de Drummondville! Les festivaliers ont attendus presque toute la journée pour voir enfin les premières lueurs du défilé vers 21h. Tous ont attendus un défilé haut en couleurs et en lumières, qui s’est d’ailleurs révélé original par sa qualité d’exploration des musiques et des danses du monde. Plusieurs troupes ont défilé au son des musiques de tous les continents.


Cet événement a permis permet de vivre une expérience de voyage artistique et imaginaire en une seule soirée, teintée de cadeaux lumineux offerts par les commanditaires. Les performances se sont bien enchaînées les unes aux autres et le rythme était invitant.


L’origine du festival a débuté par cette étincelle d’une soirée et s’est développée au fil des ans en agrandissant le spectre des cultures artistiques et sociales. Le défilé nocturne est le moment festif à découvrir chaque année au cœur des rues de Drummondville. Le festival présente un site esthétique et invitant qui vaut le détour! Un tel événement rassembleur donne envie de connaître un peu plus les cultures du monde.


Chacun a pu y trouver son compte, soit en assistant aux grands spectacles chaque soir, soit en participant à des ateliers de danses ou de musiques, ou tout simplement en découvrant l’art via le sentier des artisans de tous les continents ou en goûtant les spécialités de la cuisine internationale. Tous les sens ont été explorés! Lors de la prochaine édition en 2014, venez faire un petit détour pour faire un voyage autour du monde en peu de temps!


– Violaine Morinville

---------------------------------------------------
Opéra Rock des Francos: intervalle entre le théâtre et la musique 
              

Clotaire Rapaille, L’Opéra Rock, qui a été présenté dans le cadre des FrancoFolies dimanche le 16 juin 2013 dernier à L’Astral, est une création originale d’Olivier Morin, Guillaume Tremblay et Navet Confit. Cette œuvre du Théâtre du Futur prend des tons rock entre les séquences théâtrales.
C’est à travers les histoires cocasses tournant autour de Clotaire Rapaille, qui est venu sauver le Québec en 2045, qu’on découvre cet univers. Passant du passé au futur pour revenir enfin au présent, le personnage a un style rock qui se démarque par la chanson. La mise en scène est présentée sur trois rangées dans un espace restreint : une rangée de micros à l’avant pour les acteurs/chanteurs, suivie d’une rangée de chaises pour permettre les transitions entre les actes, puis finalement les musiciens installés au fond de la scène. Bref, une belle utilisation de l’espace pour les interprètes qui évoluent dans une variété d’émotions et de personnages soit en solo, duo, ou en réponse l’un à l’autre.
Le rythme du spectacle est dynamique et accrocheur. Il serait même facile de perdre le fil tant les personnages voyagent dans différentes histoires, mais l’énergie et la qualité d’interprétation nous gardent bien concentrés tout au long du spectacle. Sur scène, on en voit de toutes les couleurs, telles qu’une ruée vers l’or blanc, de la magie blanche et le dévoilement d’un code secret, comme si Clotaire était un genre de Jésus symbolique…aimé et chassé de sa terre d’origine.


Rafraîchissant de voir un Opéra Rock aux Francos! En tout et pour tout, mission accomplie pour le 25ème  anniversaire du festival. Nous verrons bien comment les prochains événements feront suite à cette édition spéciale! La Foire des Francos, qui n’a malheureusement pas eu lieu cette année à cause de la température, semble constituer un pont intéressant… À suivre!


– Violaine Morinville

---------------------------

Dromos : Une expérience immersive multisensorielle
              
Crédit photo: Sébastien Roy

Mutek est un festival original qui fait le pont entre la créativité et la technologie, qui est présenté à Montréal du 29 mai au 2 juin 2013. Divers événements en art numérique et en musique électronique ont été offerts sous les volets : A/visions, Nocturne, Play, Dromos, Expérience, Digi_Section, minimal-minimal, puis finalement le dernier jour a donné lieu au Mutek/Piknic au Parc Jean-Drapeau. Les volets uniques et créatifs ont eu lieu dans des endroits selon leur particularité : tel Dromos à la Satosphère de la SAT, Nocturne un mode festifau Métropolis ou Expérience au Lounge Windows en liaison avec Bande/APart de Radio-Canada.


Le spectacle immersif Dromos de Maotik Fraction (France) est une œuvre originale présentée à la Société des Arts Technologiques. La performance moderne innove dans le dôme de la Satosphère, où sont projetés des effets lumineux créatifs pendant plus de trente minutes. L’effet produit par une rythmique de formes changeantes accompagnées de musique électronique nous transporte vers une nouvelle expérience qui change la perspective des performances habituelles. De plus en plus de performances immersives sont créées où le spectateur peut vivre une nouvelle perspective de l’art. La créativité de l’ère numérique éveille nos sens de diverses manières avec les formes, les lumières et les sons qui changent constamment.


L’œuvre explore les formes avec des lignes qui se transforment du plus grand au plus petit, du noir et blanc jusqu’à la couleur. L’espace utilisé de la sphère permet d’élaborer des lignes horizontales/verticales ou des spirales du bas de l’écran jusqu’au sommet du dôme telle une chorégraphie numérique. Tout l’espace d’un écran tridimensionnel permet d’élaborer des jeux et des effets spéciaux qui transcendent les schémas connus. La technologie nous transporte dans un nouvel univers, une autre dimension. À un certain moment, un effet de peinture émerge comme si c’était des traits de pinceaux de couleurs. L’image de peinture aurait été un élément à développer plus en profondeur. Les formes lumineuses qui changent constamment sont accompagnées par la musique, créant des impressions rythmiques. Une belle intensité graduelle en crescendo, utilisant un jeu de lumière qui s’accentue vers la fin du spectacle, est couronnée dans une culmination finale.


Le fait de percevoir les formes et les sons dans un fauteuil éveille les sens et peut presque donner l’impression d’être dans la nature ou un nouvel espace le temps du spectacle. La technologie peut offrir tellement d’outils pour développer l’art vers de nouveaux horizons! Jusqu’à quel degré irons-nous dans la recherche artistique en lien avec la technologie? Nous verrons bien jusqu’où l’art
numérique innovera et s’il offrira une plateforme pour créer de nouveaux chemins à l’art de manière générale…

Un autre volet du festival, Nocturne, est présenté jusqu’à ce soir au Métropolis. Cet événement a pour but de faire découvrir plusieurs artistes internationaux en une même soirée. Les performances intègrent des effets visuels et sonores dans un esprit festif jusqu’aux petites heures du matin. Du 5 à 7 aux soirées plus dansantes tard le soir, il y en a pour tous les goûts! Venez vivre de nouvelles expériences grâce
à l’avènement de l’art numérique via Mutek!



– Violaine Morinville


http://www.mutek.org/fr


----------------------------------
The Lumineers: un cocktail lumineux
              
The Lumineers est venu à Montréal la semaine dernière, en grande primeur sur les ondes de Musique Plus. Les artistes ont présenté deux chansons lors de leur entrevue spéciale le 1er mai 2013. Bien sûr, plusieurs fans étaient au rendez-vous! Fait cocasse, il semble que le nom The Lumineers a été attribué au groupe par erreur par un organisateur dès leurs débuts. Parfois les erreurs mènent à de belles découvertes!


Musique Plus peut parfois se transformer en endroit idéal pour mettre en lumière les nouveaux talents. Si The Lumineers n’a plus vraiment besoin de présentation, c’est bien vu par la station d’avoir permis à ses téléspectateurs de mieux découvrir la formation. À la suite à l’entrevue-concert à Musique Plus, The Lumineers a performé au Métropolis au grand plaisir des Montréalais. Le style de musique du groupe est innovant par son mélange de divers genres. L’utilisation du violoncelle, des guitares et des voix féminines/masculines donne un cocktail lumineux! Les chansons peuvent nous transporter dans une sonorité autant dynamique qu’apaisante. Voilà la particularité de The Lumineers!


On le sait, la chanson Ho Hey est un des hits de l’heure. Et grand bien s’en fasse pour ce groupe de qualité, qui nous offre un style folk rock qui donne envie de chanter, de fredonner et de voyager au son de la musique. Un peu comme les chansons à répondre, où notre impulsion nous invite à nous rassembler autour d’un feu!


Les membres ont une attitude douce et humble en entrevue, ce qui nous fait apprécier leur présence. Ils ont déjà et poursuivront certainement un parcours artistique hors du commun grâce à leur engagement vis-à-vis leur art. The Lumineers surfe maintenant sur une vague d’énergie grâce à une tournée internationale et plusieurs concerts. Reste à voir comment le groupe évoluera à la suite de ce succès!


– Violaine Morinville


---------------------------------------------
Nouveau Planétarium à Montréal – Quand l’art et la science se rencontrent
              
Le Planétarium Rio Tinto Alcan de Montréal a ouvert ses portes le 6 avril dernier dans un tout nouveau bâtiment spectaculaire installé dans la sphère du Parc Olympique. Le Planétarium s’intègre dans le système d’Espace pour la vie et devient dès son ouverture le plus grand musée des sciences naturelles au Canada. Le but de cet espace est de créer de nouvelles méthodes pour rester en contact avec la nature et l’univers. Quelle joie de le retrouver en plein cœur de la ville, entouré du Stade Olympique, le Jardin Botanique, le Biodôme et l’Insectarium.


L’architecture originale et unique en métal est même conçue pour la conscience de l’environnement! L’espace nous inspire l’innovation du nouveau millénaire avec ses salles et équipements des plus technologiques. Plusieurs spectacles, événements et expositions sur l’univers prendront place afin de faire le croisement entre la science et l’art, question d’en offrit pour tous les goûts. Autant les adultes que les enfants, et même les scientifiques et les artistes, y trouveront leur compte!


Le spectacle artistique du moment s’intitule Continuum, créé par Michel Lemieux et Victor Pilon du Théâtre du Chaos. L’œuvre multimédia explore le lien entre la terre et le ciel de manière poétique et colorée. Une œuvre bien élaborée qui nous fait voyager au cœur du ciel à partir de paysages concrets, d’arbres et d’étoiles pour nous faire cheminer vers des mouvements célestes en rythmiques variées, le tout soutenu par la musique de Philip Glass. Un voyage cosmique artistique après lequel nous revenons sur terre avec des aurores boréales…quelle beauté! C’est vraiment extraordinaire de voir une création 100% artistique sur le thème de l’univers en parallèle avec le monde scientifique!


Le spectacle régulier De la terre aux étoiles présente une note plutôt scientifique, puisqu’il porte sur le déploiement de la constellation. Cette œuvre est mise en lumière par l’Infinitum S, un projecteur opto-mécanique d’étoiles créé par Konica Minolta. Les images projetées sur le dôme avec la voûte céleste dans un panorama infini reflètent notre ciel étoilé d’une manière très réelle. Le spectacle est animé par un astronome expérimenté, Pierre Chastenay, qui nous explique la composition du ciel via les nouvelles technologies. Un voyage bien dirigé dans le cosmos où notre attention virevolte sur la grandeur de la composition du ciel avec toutes ses étoiles principales, passant vers les planètes entourant la terre jusqu’au-delà du soleil. On peut avoir l’impression d’être dans un vaisseau spatial quand les angles de caméra changent. Les salles sont équipés de bancs et de coussins pour mieux apprécier le ciel sous le dôme où l’expérience en plein air est presque recréé!


Pour sa part, L’exposition EXO porte sur la recherche de la vie dans l’univers. L’exposition comporte plusieurs kiosques interactifs, des jeux multimédias, des projections et des moments exquis qui éveillent la curiosité des petits et des plus grands. Le parcours de l’exposition nous fait vivre divers aspects de la vie dans le cosmos. Curieuse de voir les prochains événements…


Le nouvel espace pour la vie du Planétarium Rio Tinto Alcan est donc un détour incontestable pour venir découvrir ou mieux comprendre l’astronomie à travers des expériences cosmiques variées, passant entre la terre et le ciel, tout en gardant les deux pieds sur terre!


– Violaine Morinville


Pour plus d’infos: http://espacepourlavie.ca/planetarium-rio-tinto-alcan


----------------------------------

Igloofest : rythmes enveloppants
              
Qui ne connaît pas l’Igloofest? Ce festival culte de l’hiver montréalais permet de découvrir une tonne d’artistes tout en explorant les variantes de la saison pour construire des igloos ou des bars de glace, des sculptures de glace, des feux de foyers à différents endroits sur le site : le tout entouré d’écrans, d’installations et d’une scène principale où les spectacles principaux ont lieu chaque soir.


Plusieurs artistes de la musique électronique de niveau international, DJ et VJ ont l’occasion de présenter leur travail dans une ambiance festive en plein air au cœur de la métropole. Le festival offre un lieu de rencontre entre la musique électronique et des effets d’images en projection vidéo sur grands écrans autour de la scène principale. Les festivaliers sont ainsi entourés d’un bel espace coloré et vivant pour danser ou bien se rencontrer…


La musique a généralement un rythme continu, dynamique; style discothèque avec des variantes englobant des voix, des rythmes et des sons vraiment très électroniques. Les images sur écrans changent rapidement de formes, de couleurs et complémentent bien la musique en une performance électrisante. L’énergie enivrante et réconfortante nous permet de bouger sur un rythme musical mixé au visuel tout en vivant une expérience revigorante en plein air.


Les artistes Paolo Rocco et Data Dada ont performés samedi le 19 janvier 2013 en nous remplissant la vue et les oreilles des images imbriqués au sons défilant à la vitesse de la lumière. Les sons créés sont un peu robotiques et l’utilisation des voix pourraient se développer un peu plus avec l’utilisation d’autres tonalités. J’ai parfois souhaité une élaboration artistique plus poussée, mais les rythmes enveloppants m’ont tout de même transportée vers un état de célébration.
Les spectacles en général ont une similitude, évidemment, et pourraient bénéficier d’une plus grande variété entre les numéros de performances sonores. L’ambiance détendue et décontractée permet aux festivaliers de bien profiter de la saison tout en découvrant l’art de la musique/image électronique. Probablement que d’autres activités pourront s’ajouter lors de futures éditions pour ainsi continuer à apprécier les joies de l’hiver sous diverses formes : installations, animations, performances… Ça reste à voir!


– Violaine Morinville


------------------------------

Francofolies 2013 : programmation spéciale pour la 25ème édition!
              
Dévoilement de la programmation de la 25ème édition des Francofolies, 9 avril 2013. Crédit photo: Frédérique Ménard-Aubin
Les Francofolies de Montréal célèbrent leur 25ème anniversaire cette année! Du 13 au 22 juin 2013, la programmation en salle s’annonce éclatante pour souligner et rendre hommage à la chanson francophone. Un nouveau logo souligne également le changement de cap après 25 ans d’existence. Nouvelle direction que nous aurons la chance d’observer cet été!

Pour souligner le côté spécial de cette édition, six événements spéciaux: l’ouverture à la Place des Arts avec un hommage à Félix Leclerc, un spectacle mis en scène par Dominic Champagne intitulé Les chants d’amour de Félix. Prendra ensuite place le spectacle Le Chant de Sainte Carmen de la Main avec le trio René Richard Cyr, Michel Tremblay et Daniel Bélanger du 13 au 15 juin et du 20 au 22 juin 2013 au Théâtre du Nouveau Monde. Puis Robert Charlebois : 50 ans le 15 juin à la Place des Arts, ainsi que les Colocs pour la vie le 15 juin au Métropolis, afin de célébrer les 20 ans de leur premier album! Puis suivra Bernard Adamus le 17 juin au Métropolis. (Yé!)


Du côté de la relève musicale, c’est surtout aux salles des Katacombes que ça se passe, dont la soirée de Slam disques, Silence on Rap, Oztara, entre autres, et au Gesù, nous aurons droit à un “spécial femmes” qui accueillera Jorane, Cœur de pirate et bien plus! Un Opéra Rock sera également de la partie avec Clotaire Rapaille à l’Astral.
Définitivement un festival à explorer de fond en comble, autant pour ces artistes bien établis que pour les belles découvertes qu’on peut y faire! Consultez vous-même la programmation pour créer votre propre itinéraire. Bonnes Francos!

– Violaine Morinville

----------------------------------------

FIFA 2013: l’art dans toutes ses couleurs
              
La 31ème édition du Festival International du Film sur l’Art prend fin aujourd’hui. Du 14 au 24 mars, plus de 248 films de 28 pays ont été présentés dans diverses salles de cinémas ou de musées montréalais. Le festival a encore poursuivi cette année son développement artistique en couvrant plusieurs disciplines. Presque tous les arts ont été représentés (arts visuels, danse, théâtre, musique, design, architecture, mode, etc) et ont eu un rayonnement dans les films d’arts innovateurs.


Point intéressant du festival : les événements spéciaux du festival permettent les échanger entre les réalisateurs, les artistes et le public afin de mieux saisir le processus de création – production. Les films présentés montrent soit un style documentaire (l’artiste et son parcours), soit une œuvre et son histoire, ou bien la création d’un film d’art en lui-même. La recherche et la découverte de nouvelles pratiques d’artistes moins connus ou provenant de d’autres pays, qui ont contribué au développement de l’art à une époque précise, nous fait découvrir plus de perspectives ou possibilités à chaque année!


Le film Virtuosi de Sue Healey, par exemple, nous fait voir la danse comme un art à part entière, en survolant l’espace créatif de chaque danseur avec son expertise et ses voyages, son mode de vie et son impulsion de vie…Pour sa part, la vidéodanse Gravity of Center de la compagnie RUBBERBANDance du Canada est une œuvre créée pour l’écran, utilisant divers lieux in situ pour faire évoluer l’œuvre chorégraphique explorant le centre de gravité en solo et en groupe. Le film Momentum de Boris Seewald reflète quant à lui les débuts d’un jeune danseur exprimant sa passion dans un lieu qui se construit au fur et à mesure par des images photos au mur, puis des projections vibrant au fil des mouvements rythmiques. Une expression authentique et brute de l’art.


Autres survols : le film Les 4 saisons d’Antoine de Philippe Béziat (France) est une création unifiant l’art visuel et la musique. Belle œuvre qui touche aux quatre saisons de la vie d’un jeune garçon reliée aux saisons de la nature, ainsi qu’à la musique des Quatre saisons de Vivaldi. Nous percevons chaque image évoquant les saisons évoluer dans l’histoire du livre du jeune homme au travers la musique, la rythmique et les musiciens jouant du violon sur scène. Vraiment réussi pour unifier l’art visuel et la musique de manière unique et jamais vue auparavant!
Le film Drowning in colour, the Art of Wayne Boucher est un documentaire sur l’artiste peintre Canadien au parcours spirituel, où l’on voit sa nouvelle approche de la peinture à chaque étape de sa vie. Nous suivons son évolution personnelle jusqu’au développement d’une communauté d’artistes grâce à la création du réseautage Arts Council de la Nouvelle-Écosse…donc un artiste connu dans sa région, mais méconnu du reste du pays.


Voilà une des joies et bienfaits du FIFA sur les horizons artistiques moins connus du grand public. Les films présentés ont l’occasion de nous faire vivre une expérience riche en couleurs, en images et en musiques provenant de plusieurs pays. Venez donc voir à chaque année les nouveaux films de créateurs inspirés, qui nous offrent un moment de fraîcheur en dehors des grands lieux commerciaux où l’art est plus ou moins en vue habituellement!


– Violaine Morinville

-------------------------------------------------

Nuit blanche : Une nuit illuminée à Montréal

              
La Nuit blanche à Montréal du Festival Montréal en Lumière célèbre son 10ème anniversaire cette année! Pour l’occasion, plusieurs  projets artistiques ont été inspirés par le chiffre dix. Plus de 185 activités seront au rendez-vous dans plus de trois quartiers de la ville de Montréal, qui seront reliés par les navettes gratuites en collaboration avec la STM (qui sera en service toute la nuit).


Un feu d’artifice ouvrira le bal vers 21h dans le Quartier des Spectacles suite à la prestation de David Usher sur la grande scène RBC à 20h. Plusieurs activités familiales dans chaque coin du site extérieur de Montréal en lumière attirent déjà notre attention, que ce soit la grande glissade urbaine, la grande roue, la création visuelle de ballons interactifs ou bien le PARTERRE, qui revêtira la forme d’une  pluie de lumière (avec plus de 10000 lumières DEL) dans des boîtes lumineuses à agencer à sa guise. Une exposition photo rétrospective des 10 ans de la Nuit blanche sera établie sur la promenade des artistes (à ne pas manquer!).  Dans le Vieux-Montréal, un parcours de glace sera offert aux amoureux de l’hiver.


Plusieurs galeries d’arts, théâtres, musées et  lieux publics seront prêts à vous accueillir dans les quartiers participants pour offrir un service original via la création artistique et la célébration de l’art dans nos vies. Quelques ateliers et activités en arts visuels ou via d’autres disciplines seront offerts pour favoriser la création artistique des festivaliers et l’interactivité sous diverses formes.
J’organise pour ma part une performance chorégraphique : Flashmob lumière! En tant qu’escouade dansante, nous exécuterons une chorégraphie dans 10 lieux différents tout au long de la soirée. ..un parcours  in situ inusité pour cette occasion spéciale.


La Nuit blanche à Montréal est définitivement un événement rassembleur des arts à Montréal en favorisant le réseautage des établissements et des artistes d’ici.  Les couleurs de chaque quartier participant, en syntonie avec les navettes gratuites de la STM, permettent de choisir les activités de son choix et de vivre la Nuit blanche, bien éveillé selon ses intérêts!
Une nuit illuminée à explorer dans tous les racoins de la ville, ou presque! C’est quand? Samedi 2 mars 2013 entre 18h et  5h du matin.
Pour plus d’infos : www.montrealenlumiere.com


Violaine Morinville

-----------------------------------

Les Francos 2012 : une célébration de notre culture
Une programmation étonnante a regroupé diverses générations d’auteurs, compositeurs, interprètes dans une multitude de scènes thématiques englobant 150 spectacles extérieurs gratuits dans le cadre des Francofolies du 7 au 16 juin. Le thème de la francophonie a été développé et élaboré à toutes les sauces, pour notre plus grand plaisir.
Le grand spectacle d’ouverture a été présenté par Pierre Lapointe et ses musiciens, qui ont livrés une performance un peu plus rock qu’à l’habitude. Les thématiques musicales étaient réparties sur le site tout au long de la semaine. Entre autres: la grande scène principale Espace Loto-Québec sur la Place des Festivals, où les grands événements nous ont fait vibrer quotidiennement, la section relève émergence sur la Scène Sirius, les espoirs sur la Scène Desjardins et les spectacles multiculturels sur la Scène Hydro-Québec. Les spectacles Urbains se déploiyaient sur la Scène Ford coin Jeanne-Mance, Ste-Catherine (anciennement la grande scène) et les spectacles acoustiques ont principalement eu lieu au Pub Urbain Molson M coin Bleury Ste-Catherine. La diversité musicale et rythmique de ce tour de piste a fait danser nos pupilles et nos jambes!


Les grands spectacles sur la Place des Festivals étaient présentés chaque soir à 21h en passant par quelques artistes célébrant leurs anniversaires de carrière tel : Kaïn avec ses 10 ans, Robert Charlebois avec ses 50 ans, Plume Latraverse avec ses 30 ans, etc. Les styles ont changé chaque soir, soit avec une touche plus dansante (Collectif Métisse de France), un style plus chansonnier (Plume Latraverse, R. Charlebois, Diane Tell), un ton plus hip hop (Loco Locas) ou métal (Groovy Aardvark). Le tout regroupé sous le thème de la francophonie! Il y en avait pour rejoindre tous les publics, ce qui explique l’étendue d’une foule dynamique et attentive chaque soir.

L’énergie électrisante de la foule a transparue dans nos médias en nous faisant revivre cette année l’infusion des Francofolies. Les jeux d’éclairage et les sons en puissance nous ont unis dans les mélodies sous le ciel étoilé d’une ambiance d’été. N’est-ce pas le président fondateur Alain Smard qui a affirmé que «que la musique délie les tensions»? La PDF s’est remplie de festivaliers à chaque soir et a battu tous les records lors du passage de Loco Locas avec une animation flamboyante (et extrêmement politisée). Une minute de silence émouvante a eu lieu en l’honneur du Québec, où tous les festivaliers se sont assis sur la PDF. Un moment historique.

Notre culture a ainsi été célébrée et représentée par les artistes du Québec, autant que par ceux de l’international avec la France, la Belgique, la Suisse, etc. Quelques prix ont été décernés , dont le prix Félix Leclerc volet québécois à Marie-Pierre Arthur et le prix de l’étoile montante Ford à Éric Larochelle. La prochaine édition du Festival aura lieu du 14 au 22 juin 2013 pour son 25ème anniversaire. Plusieurs surprises et peut-être un spécial Félix Leclerc…à suivre!


– Violaine Morinville


-------------------------------------------

FFM 2012 : De rien, Quelque Chose
              
Le Festival des films du monde qui a lieu du 23 août au 3 septembre 2012 à Montréal offre une vue internationale sur divers films en provenance de plusieurs pays. Les festivaliers ont l’occasion de découvrir de nouveaux créateurs tout en se ressourçant sur une variété de sujets selon ses intérêts.
Notre regard s’illumine en passant du cinéma plein air dans le Quartier des Spectacles jusqu’aux cinémas Montréalais. Une programmation éclectique se complète des films en compétition mondiale, des documentaires du monde, des films Hommages, des Regards sur les cinémas du monde, d’autres films Hors concours jusqu’à présenter des courts métrages de la relève via le Festival du Film Étudiant….les essais de cette catégorie proposent divers procédés de création.
Peu de films d’arts sont au menu, mais quelques-uns sont au rendez-vous avec entre autre L’Artiste,  Gerry , le Cygne Noir au cinéma belle étoile Loto-Québec, puis le volet Retour sur une année de succès à l’Espace Culturel G-E Lapalme de la Place des Arts ainsi que les Musiques de films sur la scène Air Canada. Un film particulier mérite qu’on y porte notre attention, car il nous fait découvrir le processus créateur sous divers angles: De Rien, Quelque Chose.


Le film De Rien, Quelque Chose, un documentaire réalisé par Tim Cawley (USA), nous fait voyager au cœur de la création. Les témoignages de plusieurs artistes provenant de disciplines variées nous conscientisent sur le phénomène de la création à partir du point initial jusqu’à la réalisation de l’œuvre. Nous y voyons le spectre des pratiques : arts visuels, danse, cinéma d’animation, architecture, mode, recherche scientifique, etc. Le documentaire nous fait voir comment la création émerge du néant, de la page blanche, de l’inspiration première en se dirigeant peu à peu vers la réalisation, selon l’approche unique de chacun de ces artistes. Un sujet riche et esthétiquement bien délivré en images cinématographiques. La combinaison des témoignages et des images en survolant chaque art nous interpelle en éveillant nos sens. Le rythme du film est quelque peu rapide entre tous ces artistes qui nous livrent leurs passions, mais combien de pistes et de visions artistiques intéressantes à contempler…Les propos de ces artistes nous rassurent sur la possibilité de vivre de son art tout en accomplissant son talent particulier, à l’écoute de son intuition et en étant fidèle à soi-même!


Encore quelques jours pour découvrir de nouveaux films internationaux et pour aller se ressourcer en visionnant un film de son choix…Une vision du monde se déploie à Montréal par l’intermédiaire du film au FFM 2012.


– Violaine Morinville


------------------------------------------------------------------------------
Pixel Hub : l’empreinte des nouvelles technologies
Pixel Hub, sommet de l’image en mouvement, a inauguré sa 1ère édition au Palais des Congrès du 29 novembre au 1er décembre 2012. Plusieurs experts du milieu de la technologie et de l’image se sont rassemblés pour donner des conférences de haut niveau sur des sujets bien précis en cinéma ou en télévision.
Une salle principale, décorée en plateau de tournage, nous a fait vivre l’expérience du cinéma avec des caméras sophistiquées, des écrans verts et bleus, des effets spéciaux et des éclairages envoûtants. Nous avons été invités à tester quelques équipements, tels que les caméras reproduisant une image en direct sur grand écran, etc. Plusieurs kiosques étaient disposés  dans la salle pour partager des informations sur les organismes existants ou sur les techniques de la caméra.

L’événement s’adresse à tous les passionnés de l’image et invite les spécialistes à partager leur expérience sur les techniques de tournage, englobant les étapes de la pré-production à la post-production. Un détour à ne pas manquer pour s’informer de ce qui existe et découvrir les possibilités d’avenir dans le domaine. Les conférences offertes sur des sujets hors du commun sont pointues. Comme par exemple : les effets spéciaux en cinéma des débuts jusqu’à aujourd’hui, la production d’images pour les films d’animation comme Spider Man, etc. Le thème de chaque conférencier nous transporte vers de nouvelles connaissances sur la production de films ou de télé. Plusieurs d’entre eux nous font voir les possibilités de création cinématographique à partir de notions historiques ou d’un focus précis selon leur expérience.

Peu de gens sont venus pour cette première édition. En souhaitant que l’événement se développe et vienne chercher l’expertise de nos créateurs, de nos techniciens et surtout la curiosité des gens sur le sujet de la technologie du film-télé. Que les sujets pointus au niveau de la technique de production puissent se transmettre pour percevoir les possibilités infinies de cet art et éveiller l’imaginaire. L’événement pourra ainsi servir de plate-forme pour éventuellement réfléchir sur les pratiques et créer de nouveaux produits cinématographiques, télévisuels ou tout simplement apprécier le travail des artisans internationaux!

– Violaine Morinville

------------------------------

RED : Réseau d’enseignement de la danse au Québec
              
Le RED est une innovation québécoise qui a pour mandat d’encadrer l’apprentissage dans les styles de la danse classique, contemporaine, jazz et urbaine. Le lancement du RED a eu lieu le 20 novembre au Conseil des Arts de Montréal en compagnie de Louise Lecavalier, de Geneviève Dorion Coupal (porte parole) et de Marie-Josée Taillefer. La rencontre concrétise sept ans de mobilisation pour offrir une qualité supérieure aux enseignants de la danse, surtout dans le secteur des loisirs ou préparatoires à la formation professionnelle.

Plusieurs DVD ont été réalisés par Louis-Martin Charest (danseur, chorégraphe) pour démontrer quelques exercices essentiels à chaque étape d’enseignement des techniques de danse en question. Pour l’instant, trois guides ont été produits pour l’enseignement de la danse au secteur des loisirs avec 111 exercices répartis sur 7 DVD. Les guides semblent un bon outil pour informer les enseignants de tous niveaux et surtout un moyen accessible de ressourcement aux enseignants.

Le réseau profite surtout aux jeunes en quête de classes de danse incluant un enseignement adéquat en toute sécurité. L’apprentissage de la discipline artistique avec un encadrement incluant la protection des jeunes est essentiel pour développer un corps sain à chaque étape de son développement. Souhaitons que d’autres programmes deviennent accessibles pour tous et que l’éducation de la discipline de cet art se propage au grand public. L’art de la danse souvent encore trop méconnu du grand public offre plusieurs bienfaits et peut même servir de propulseur vers d’autres disciplines artistiques ou sportives.

Depuis la création du RED en 1998, 370 enseignants ont bénéficiés d’une formation continue englobant 20 écoles, 8000 élèves et 175 enseignants dans 8 régions du Québec. La création d’organismes du genre peut être bénéfique aux pratiques artistiques autant pour le développement d’une discipline que pour transmettre des connaissances sur les demandes et les exigences que cela encourt…

La danse a bien besoin de faire connaître ses atouts et d’être reconnue comme une pratique artistique à part entière, d’autant plus qu’elle est une discipline qui travaille directement sur le corps humain, d’où l’importance d’un bon départ avec les programmes d’enseignement…que ce soit pour une carrière ou juste pour le plaisir, ce sont des principes du mouvement qui peuvent servir pour la vie!

– Violaine Morinville

--------------------------------------



La Verità – Dali revit grâce au cirque 
              
En grande primeur mondiale, Salvador Dali arrive à Montréal avec une toile inédite qui fut créée à New York en 1944. La toile de Dali servira de rideau de scène au spectacle La Verità, créé par Daniele Finzi Pasca et présenté en version cirque au théâtre Maisonneuve de la Place des Arts, du 17 janvier au 3 février 2013.

Le spectacle est coproduit par la Compagnie Finzi Pasca et la Place des Arts, où nous verrons une incursion théâtrâle et acrobatique autour de la toile et la vie de Dali. Douze interprètes auront l’occasion de bouger sous l’inspiration de cette toile historique alliant le rêve, le surréalisme et la performance contemporaine.

La Compagnie Finzi Pasca s’inspire du travail de Dali sous plusieurs angles. Ici, les acrobates seront entraînés dans l’histoire de Tristan Iseult. La toile originale a été créée pour les Ballets Russes en 1944 dans le cadre du spectacle Mad Tristan, chorégraphié à l’époque par Léonide Massine et présenté au Metropolitan Opera de New York. Dali s’est principalement inspiré de l’opéra de Wagner Tristan et Yseult. La toile de Dali a d’abord été mise en scène au niveau chorégraphique à l’époque en utilisant les images symboliques puissantes pour élaborer les objets scéniques ainsi que les costumes. Le surréalisme de la toile a été utilisé pour développer un premier ballet paranoïaque : Tristan fou.
L’image principale de l’œuvre symbolise la femme avec une tête de pissenlit, d’où l’expression Je sème à tout vent. Les deux personnages (homme-femme) de la toile symbolisent la vie et la mort, la transformation, les racines, la nature…grâce à un jeu pictural aux proportions exagérées. La beauté de l’œuvre est innovatrice notamment par des images de racines ou de fleurs peintes sur les corps de l’homme et de la femme en interaction. Plusieurs images clés dans l’oeuvre de Dali peuvent servir d’inspiration au développement du spectacle La Verità. Laissons place à l’imaginaire et au surréalisme pour voir comment les créateurs iront puiser à la source.


La toile fut dévoilée au grand public le 7 novembre 2012 à la Place des Arts. Les amateurs d’arts visuels et d’arts de la scène seront certainement ravis par la création contemporaine que nous réserve le spectacle La Verità. Seront t-ils à la hauteur des attentes? À découvrir en 2013!

– Violaine Morinville





---------------------------------------------

Le 26ème Coup de cœur francophone propose une palette d’artistes célébrant la culture francophone dans plusieurs salles de Montréal, du 1er au 11 novembre 2012. Quelques coups de cœur à souligner dont Richard Desjardins, Michel Rivard, Xavier Caféïne, tout en allant vers la relève internationale Sinus Georges ainsi que Peter Peter et Fanny Bloom, que j’ai eu la chance de voir à l’Astral le 2 novembre dernier.


Peter Peter, à travers son deuxième album Une version améliorée de la tristesse, explore avec brio le son électro-pop grâce à divers instruments qui habillent la scène dont le saxophone, le clavier et la percussion. La tonalité du groupe nous emporte vers une légèreté aérienne malgré les paroles ou sujets quelque peu tristes et sombres. Le chanteur, bien terre à terre, nous fait vivre diverses émotions en interprétant des sujets de l’heure.

Fanny Bloom quand à elle, navigue maintenant entre l’électro-pop et rock organique depuis la dissolution du groupe la Patère rose. La voix assurée de Fanny transcende diverses rythmiques au fil des chansons de son premier album solo Apprentie guerrière. Une harmonie assurée dans des tonalités enivrantes. La musicalité des instruments à vents et percussifs apportent un nouveau son aux chanteurs qui nous livrent des sujets bien concrets par le biais artistique, oscillant entre le rêve et la réalité.

Fait intéressant dans la programmation du festival, une activité spéciale se développe sous le nom d’Escales Coup de Cœur au Québec. Les Escales offrent l’opportunité de présenter quelques spectacles d’artistes en majorité internationaux dans plusieurs régions du Québec. Une opportunité en or pour rayonner dans la province tout en ayant l’occasion de faire découvrir les lieux aux artistes étrangers.

Grâce au Coup de cœur francophone, nous pouvons découvrir de nouvelles voix, de nouveaux groupes autant que des chanteurs bien établis au Québec ou à l’international. Une palette d’artistes à venir découvrir pour se ressourcer avec de nouveaux sons et faire le plein d’énergie avant l’hiver!
– Violaine Morinville
Le festival Coup de coeur francophone bat son plein jusqu’au 11 novembre! 





----------------------------------------------



Marcel Barbeau : un pionnier de l’art moderne encore bien vivant 
              
Marcel Barbeau, artiste de plus de 67 ans de carrière, présente l’exposition Mouvements, rythmes et accords à la Galerie Lounge TD (Maison du Festival Rio Tinto Alcan), du 25 octobre au 23 décembre 2012. L’entrée est libre.
Barbeau fait partie de la collection permanente de la Galerie Longe TD et il est parmi l’un de nos pionniers majeurs de l’art moderne au Québec. Signataire du Refus Global en 1948 et il a développé sa marque comme membre fondateur du Groupe des Automatistes. L’abstraction de ses œuvres provient entre autres des pratiques de peintures performances des années ’70, où la source du mouvement est l’impulsion première.


L’harmonie des toiles explore principalement les rythmes et les gestes dans un ensemble de traits de pinceaux créant une symphonie visuelle d’effets chromatiques. La répétition des motifs entre chaque toile souligne la notion de mouvement continu avec des variantes (traits, lignes, courbes juxtaposées), des contrastes de couleurs et des jeux rythmiques entre la consonance ou la dissonance. L’effet des couleurs douces provoque une impression pacifique dans le regard. La croisée des disciplines entre le visuel, qui rejoint le sens du mouvement, et du rythme nous offre une expression de toiles spatieuses, joyeuses et libres.

Quelques sculptures en formes métalliques habitent l’espace de la galerie dans une énergie très dynamique où la kinétique du mouvement transparaît dans l’œuvre. Une explosion de couleurs illumine nos pupilles de fraicheur.
Mouvements, rythmes et accords est une exposition à contempler! La collection permanente du FESTIVAL INTERNATIONAL DE JAZZ DE MONTRÉAL dévoile quelques artistes tout au long de l’année…à découvrir. Plusieurs pistes artistiques intéressantes nous ouvrent le regard et le chemin de la création vers des œuvres d’art intégrant la couleur, le rythme et le mouvement comme source d’inspiration.


– Violaine Morinville




-----------------------------------------------



FNC : le spectre des pratiques en cinéma 
              
Le Festival Nouveau Cinéma a célébré sa 41ème édition du 10 au 21 octobre 2012 à Montréal. La programmation éclatée a regroupé plusieurs thématiques : films internationaux, conférences avec la présence de quelques pionniers de l’industrie, laboratoires interactifs… Sans oublier le FNC PRO, les soirées cocktails, les P’TITS LOUPS pour les enfants, le KINO KABARET (où certains films ont été créés durant la période du Festival)…tout ceci en ayant l’occasion de rencontrer la plupart des réalisateurs et des invités spéciaux.
La présence de William Klein a souligné la mode cette année en collaboration avec le Bureau de la mode de Montréal. La photographie a été à l’honneur dans une exposition hommage rétrospective, ainsi que quelques films dénotant ses œuvres. D’autre part, Carolee Schneemann nous a également parlé de son travail depuis les années70 comme pionnière de l’art performatif, unissant la photographie dans des installations interactives sous forme de théâtralité. Lors de la présentation de quelques films, les réalisateurs de CASTING BY ou The Rolling Stones‘65 nous ont démontré clairement les aspects méconnus sur ces sujets.


L’interactivité entre les réalisateurs et le public a permis de transmettre certaines connaissances sur les processus de créations, les recherches et les découvertes sur des sujets historiques, artistiques, etc. Le dynamisme des rencontres a permis de réfléchir sur les nouvelles possibilités dans le milieu du cinéma soit en ayant une perspective historique ou un avant-goût des nouvelles avenues de notre ère pour créer des films sortant des sentiers battus.


Les films expérimentaux de FRONTIÈRE ont une touche d’originalité grâce aux différents moyens artistiques d’élaboration de l’œuvre. Voyons quelques exemples : le film Dynamique de la pénombre utilise un traveling de caméra sur l’autoroute en jouant avec un mouvement de caméra pour démontrer les sapins soit en angle ou en rotation pour créer un effet contemplatif. Un duo dansé entre l’ombre et la lumière est mis en parallèle pour démontrer les parties du corps qui interagissent entre eux. Le rythme du film est quelque peu lent, mais montre une très belle piste à développer. Le film Ces femmes qui marchent est une exploration de la lumière avec quelques interprètes nus qui avancent dans un espace noir sous le focus du jeu : ombre et lumière. La progression est simple mais puissante sur une idée précise que l’on apprécie à la caméra. Le film Movimenti di un tempo impossible utilise l’effet d’impressionnisme comme si c’était une toile d’art visuel mis en caméra. Nous voyons des paysages de nature d’abord en gros plans sur une musique de violons qui peu à peu change d’image, de couleur pour finalement arriver à une vue d’ensemble du panorama naturel.
Quelle bonne idée de montrer au public quelques avenues pour intégrer l’art visuel ou la danse dans un film expérimental! Le film I was here est pour sa part inspiré par une image fixe (un monument) photographique, où un procédé de stop motion d’images de touristes vont et viennent devant le monument en créant ainsi l’effet  du temps dans le film. Une image fixe peut alors être une base pour construire des effets de mouvements par l’ajout d’autres photos et de sons. Plusieurs pistes nous guident pour syntoniser les pratiques artistiques de l’art visuel, de la danse, de la photographie et de la musique en une œuvre complète.


Bref, beaucoup de longs métrages, naturellement, peu de films sur l’art mais beaucoup de recherches à travers les films d’expérimentations. Tous les événements réunis grâce au FNC rejoignent certainement les intérêts de plusieurs, tel un spectre d’événements où l’on peut choisir à volonté selon ses préférences. Le FNC est un catalyseur qui éveille de nouvelles rencontres pour échanger ou pour découvrir les procédés de la création, les diverses pratiques et les points de vue des spécialistes internationaux. Une plateforme diversifiée où les avenues de la création et les développements possibles sont mis en perspectives. Beaucoup de matière à réfléchir pour les créateurs en herbe ou les amateurs de cinéma!


– Violaine Morinville



----------------------------------------------------




Les Prix Gémeaux : et la relève dans tout ça? 
              
Le 27ème Gala des Prix Gémeaux a dévoilé le 16 septembre ses grands gagnants de l’année 2012, tout d’abord à l’avant-première présentée au Hyatt grâce à la collaboration de Téléfilm Canada (en direct sur le web), suivie du grand Gala présenté au théâtre Maisonneuve de la Place des Arts.


L’avant-première, animée par Anne-Marie Withenshaw, a mis l’accent sur les meilleures réalisations, les projets numériques, les catégories jeunesse, les magazines d’intérêts sociaux ou culturels, les métiers techniques (son, montage, costumes, décors, reportages), les télé-réalités (tout de même!) et l’interprétation pour les rôles de soutien.
Les prix décernés soulignent le travail des artisans qui sont parfois plus dans l’ombre. Quelques gagnants à souligner dans la zone médias interactifs: Génial de Version 10 pour le meilleur projet numérique, Bla Bla de l’ONF pour la meilleure émission/série interactive produite pour les nouveaux médias, Le bruit des mots de Radio-Canada comme meilleure émission/série documentaire interactive produite pour les nouveaux médias, Temps Mort de Babel Productions pour la meilleure émission ou série originale produite pour les nouveaux médias: dramatique, comédie, etc.
Le grand Gala animé par Joël Legendre a surpris par une animation qui sort des stéréotypes ou des déjà- vus. La thématique? « La télé est en nous ou être tombé dans la télé ». La danse, à caractère très commercial, pouvaient tout de même nous transporter dans l’imaginaire…

La capsule vidéo pour le prix du public Remax était aussi innovatrice en manière de présentation: Joël Legendre montant dans une montgolfière Remax sur l’Esplanade de la Place des Arts pour y dévoiler en compagnie de plusieurs personnes le nom du grand gagnant: Tout le monde en parle. Pas surprenant, mais mérité.
La soirée des Prix Gémeaux est bien sûr une célébration du monde artistique de la télévision qui célèbre les grandes vedettes, mais qui laisse aussi sa place au milieu émergent et à l’arrière-scène. Certains ont suggéré d’ajouter quelques nouvelles catégories en multimédia… Le temps nous dira comment l’industrie évoluera avec les nouvelles techniques, l’imagination et les perceptions des créateurs émergents!

– Violaine Morinville


--------------------------------------------------------

Collection Tedeschi

La galerie Parisian Laundry à Montréal présente la collection Tedeschi dans le cadre de sa récente exposition artistique. Nos pupilles ne peuvent que danser en regardant le rassemblement des diverses œuvres datant de 1970 à nos jours. Les artistes Andy Warhol et Frank Stella sont exposés en parallèle avec les œuvres de Sarah Braman, Dirk Stewen, Angela de la Cruz, David Altmejd, Valérie Blass, Rick Leong, Justin Stephens et Janet Werner. Les créations utilisent divers procédés, matériaux et mises en espace, tout en s’inspirant du lien entre la matière et les éléments formels de l’art contemporain.


Le regard est d’abord attiré au centre de la pièce par une sculpture de verre colorée bleu mauve en forme pyramidale, réalisée par Sarah Braman. Entourant cette œuvre, plusieurs procédés sont mis en relief sur les murs de la galerie. Nous remarquons entre autre l’œuvre d’Andy Warhol, qui utilise la poudre de diamant pour contourner l’image d’une femme, côtoyant des peintures colorées de style labyrinthe ou bien des motifs minutieusement tracés en noir et blanc. Quelques installations murales frappent, dont celle de Frank Stella en lithographie rouge, qui crée l’impression d’un tissu de mode suspendu dans le vide… Une autre installation habite l’espace en explorant la forme, le vide et les jeux de niveaux avec trois objets faits d’acrylique, de bois et de plâtre. Une œuvre imposante au deuxième étage s’inspire du jeu de hasard en utilisant le procédé de la photographie pour faire ressortir quelques phrases d’un livre cadrés par différents angles, le tout créant une œuvre qui juxtapose en noir et blanc le hasard, réalisée par Ian Wallace.


Angela de la Cruz, Loose Fit X (Red), 2001, huile sur toile, Courtoisie de l'artiste
L’arrangement spatial de la galerie se fond à une atmosphère colorée, versatile, chaleureuse, aux dimensions et aux procédés variés. Les matériaux principaux qui nous interpellent sont: le verre coloré mis en sculpture, la poudre mise en sérigraphie sur une image, la photographie mettant en vedette la poésie, la peinture aux couleurs chatoyantes, etc. Le rassemblement d’artistes mis en commun ici rappelle comment l’art contemporain peut être infini dans ses approches de création. Plusieurs intersections communes peuvent ainsi se rejoindre malgré la différence des processus artistiques!
L’exposition est en cours du 30 mai au 28 juillet 2012, du mardi au samedi de midi à 17h. www.parisianlaundry.com
Allez faire un tour pour égayer vos pupilles!
– Violaine Morinville
 







---------------------------------------------------

Mutek

Cinechamber est une activité parmi 12 grands événements présentés par Mutek: le Festival International de Créativité Numérique et de Musiques Électroniques et c’est le temps où jamais de la découvrir!


Le projet Cinechamber comporte la série panorama, qui regroupe 41 créations de projections en cinéma panoramique et le Cinechamber live, où une dizaine d’artistes performent en direct, utilisant des procédés audiovisuels sophistiqués. La séance de la pionnière Maryanne Amacher qui aura lieu en rediffusion le 3 juin 2012 est fortement recommandée par le directeur artistique Naut Humon, de la compagnie Recombinant media labs.


Le volet panoramique innove en nous faisant sortir du cadre traditionnel et en vivant une expérience sensorielle par le cinéma panoramique de 10 écrans sur ses 4 murs. Les bancs mis au centre de la pièce transpose l’expérience en 4 directions tout en amplifiant les sons, les images et les effets spéciaux. La croisée de chemins entre l’art visuel (photos, couleurs, images), les sons et l’art numérique permet une œuvre complète. Le développement des médiums artistiques et les moyens de création utilisés nous transportent vers une immersion sonore, visuelle, expérimentale et tridimensionnelle.


La variété des œuvres présentées datent des années 1970 jusqu’à nos jours. L’évolution de la compagnie Recombinant media labs a progressée avec le projet Cinechamber, qui est maintenant offert à Montréal grâce au soutien de la Fondation Daniel Langlois, en collaboration avec Excentris et la Biennale Intl d’Art Numérique.
La 13è édition de Mutek a lieu du 30 mai au 3 juin 2012 dans divers endroits à Montréal. Le projet Cinechamber a lieu pour sa part du 22 mai au 3 juin 2012 à la salle Fellini de l’Excentris.


– Violaine Morinville




------------------------------------------
Gala Numix

La 3ème soirée de Gala des prix Numix 2012, présentée au Monument National le 16 mai dernier, a permis de remettre 20 récompenses distinctes à des producteurs dans le domaine du multimédia. Le Regroupement des producteurs multimédia du Québec (créé en 2000) organise cet événement annuel depuis 2010 pour souligner le rayonnement des entreprises québécoises en médias numérique. Le Gala des prix Numix est présenté par le Fonds des Médias du Canada et est soutenu financièrement par plusieurs diffuseurs télé.

Le jury composé de 20 personnes, présidé par Julie Laferrière, a dévoilé les grands gagnants 2012 avec un trophée rouge en forme de X. Ce X, symbole des prix Numix, est utilisé de diverses manières dans la mise en scène haute en couleurs.
La créativité, l’innovation et le design sont quelques valeurs mises en lumière pour récompenser le travail des artistes producteurs. Les points clés favorisés sont le développement de la culture et la qualité du français dans les œuvres élaborées… Six catégories représentent le spectre des récompenses, dont 20 grands gagnants sur 125 finalistes, incluant le grand prix Innovation remis au projet Code Barre de l’ONF. Quelques gagnants : La Vitrine culturelle de Moment Factory et Scène 1425 de Tonton ont remporté le prix Art et Culture.

Le rassemblement des prix Numix permet de rencontrer les gens de l’industrie connus et moins connus, en plus d’y voir le potentiel de cet art effervescent au Québec. C’est un rendez-vous à suivre, ne serait-ce parce qu’il met en lumière l’art numérique aux possibilités infinies à la croisée des médias.

L’animation de la soirée s’est faite dans une ambiance festive, nous emportant dans un imaginaire virtuel: la scène agrémentée d’un DJ en direct, d’un foyer en forme de lutrin pour les animateurs, d’un X sculpté en avant scène mis en tandem avec un joli micro rouge lors de la remise des prix, harmonisés par un grand écran où on voit les informations nécessaires… Tous des éléments étaient réunis pour égayer les pupilles et les sens. La présentation de la soirée a été étudiée pour créer une ambiance multimédia, et c’était réussi! L’après-Gala a eu lieu à la Satosphère, décorée pour l’occasion d’images de la ville de Montréal qui virevoltent… Charmant!

– Violaine Morinville